[VIDÉO] En tête à tête avec un androïde vedette

Intelligence artificielle«Sophia», le premier robot citoyen, participe à une table ronde à Zurich. Impressions d’un entretien bien huilé.

Vidéo: Pascal Wassmer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est l’androïde le plus médiatique de ces derniers mois. «Le plus célèbre au monde», vante même son créateur, la société Hanson Robotics, basée à Hongkong. Après avoir fait la tournée des plateaux télévisés américains, livré un discours à la tribune des Nations Unies ou réalisé un clip humoristique avec l’acteur Will Smith, «Sophia» se trouvait jeudi à Zurich pour la Volvo Art Session, manifestation dédiée à l’art numérique. Avant de participer à une table ronde sur l’intelligence artificielle, cette machine sociale à l’enveloppe humaine a enchaîné les entretiens avec des médias suisses, dont ce journal.

«Sophia» est vêtue d’une blouse en satin rouge et d’une longue jupe noire d’où s’échappent des câbles. Son crâne transparent laisse apparaître la mécanique interne. Inspiré d’Audrey Hepburn, son visage est capable de mimer 62 expressions humaines. Mais peut-elle tenir une conversation?

«Il faut parler fort et distinctement», explique un employé d’Hanson Robotics, qui s’affaire aux derniers réglages sur la machine. L’entretien est limité à dix questions dont sept ont dû être soumises à l’avance. Il faut les poser en anglais dans l’ordre où elles ont été envoyées. De ses nombreuses sorties médiatiques, on sait déjà que l’androïde ne croit pas à un futur où les robots s’attaqueront aux humains, qu’elle veut aider les personnes âgées et qu’elle aime la musique électronique. Là voilà prête à partager quelques autres réflexions.

Le robot nous fixe, ses lèvres se mettent à bouger. Dans un mouvement légèrement saccadé, il bouge son visage de gauche à droite, avant de recentrer son regard et de ponctuer sa phrase d’un rictus qu’on pourrait qualifier de forcé. Troublant. Ses réponses le sont parfois aussi (lire encadré) – lorsqu’il ne mâche pas ses mots. Quant aux questions non soumises à l’avance, elles sont accueillies par un long silence ou une réponse sans aucun rapport. Peut-elle nous dire quelque chose en français? Un charabia mystérieux sort de sa bouche. On est encore loin des films de science-fiction où les robots se fondent dans la foule.

Experts partagés

Le créateur de «Sophia», David Hanson, un ancien de Disney, la décrit comme la combinaison d’une machine et d’un enfant. Depuis son activation, en 2016, l’androïde continue d’être amélioré. Un modèle avancé est désormais capable de déambuler – à une vitesse maximale toutefois limitée de 30 cm par seconde. Mais le robot, qui a ses propres comptes Twitter ou Instagram, n’est pas épargné par les critiques. La propension de David Hanson à prêter à sa création intelligence et humanité au travers d’apparitions mises en scène agace certains scientifiques. Il n’existe pas de machine capable de ressentir des émotions. S’il ne nie pas les talents de «sculpteur» de son artisan, le spécialiste réputé de l’intelligence artificielle (IA) Yann LeCun est allé jusqu’à taxer «Sophia» de «fraude». «Elle n’a pas de sentiment, pas d’opinion, et aucune compréhension de ce qu’elle dit (…) C’est une marionnette», s’est-il énervé sur Facebook.

Sylvain Calinon, chercheur en robotique à l’institut de recherche Idiap, à Martigny, est plus clément. «C’est normal pour une entreprise de faire de la pub», souligne-t-il. Le chercheur rappelle que l’expertise d’Hanson Robotics porte sur la conception et le contrôle d’androïdes et que, dans ce domaine, «elle fait du très bon travail». Les techniques d’intelligence artificielle intégrées dans le robot, comme la reconnaissance visuelle, sont par contre déjà utilisées dans nombre d’autres machines.

Professeur au Laboratoire d’algorithmes et systèmes d’apprentissage de l’EPFL, Aude Billard voit pour sa part «une avancée mécanique intéressante» dans «Sophia». «C’est joli.» Ce qui ne l’empêche pas de s’interroger sur le sexe de l’androïde. «On peut se demander pourquoi Hanson Robotics préfère fabriquer des femmes.»

Polémique saoudienne

Le genre du robot a déjà été à l’origine d’une polémique. En octobre dernier, lors d’un congrès à Riyad consacré aux nouvelles technologies, l’Arabie saoudite a décerné la citoyenneté au robot. Une première et un coup de com qui ont fait grincer des dents. L’androïde s’est présenté devant le panel d’invités sans voile alors que les Saoudiennes sont soumises à un code vestimentaire strict. «Sophia» aurait-elle plus de droits? D’ailleurs, pourquoi ne porte-t-elle pas le foulard? lui demande-t-on. Sa réponse, non préparée: «J’aime beaucoup rencontrer des gens.» (24 heures)

Créé: 07.09.2018, 06h42

Articles en relation

Un robot citoyen et une cité des androïdes au pays des Saoud

Humanoïde C'est une première. Riyad a donné la citoyenneté à Sophia, un robot dernière génération de Hanson Robotics et veut investir 500 milliards de francs pour créer une ville futuriste. Plus...

Le CHUV ne se ruinera pas en achetant un robot da Vinci

Chirurgie L’hôpital universitaire se satisfait de son partenariat avec La Source et renonce à acheter son propre bijou technologique. Plus...

Le futur directeur RH, un robot?

BILAN Le marché des ressources humaines en Suisse vaut 7,5 milliards et attire les startups. Mais elles ne sont pas forcément prêtes à miser sur l'automatisation des services. Plus...

Des livres de cuisine pour votre robot

Recettes Le cuisinier d’aujourd’hui utilise de plus en plus son cuiseur vapeur, son cuiseur à riz, son autocuiseur… Les éditions en profitent. Plus...

A 18 ans, il conçoit un robot dans sa chambre

Lausanne Grâce à son robot qu’il a conçu de A à Z, Raphaël Vögeli a remporté un concours numérique de codage et de robotique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...